Bold Eagle à Feurs, la meilleure pub pour les courses ?

La nouvelle est actée sans avoir été officialisée par l’entourage du champion. Bold Eagle se produira à la fin du mois d’octobre sur l’hippodrome de Feurs (Loire), dans le Centre-Est de la France. Un nouveau séjour en province un an et demi après sa visite triomphale aux Sables-d’Olonne.

En 2017, alors que ce n’était qu’un projet, le probable déplacement de Bold Eagle à Feurs avait suscité de très nombreuses réactions, obligeant la SECF à répondre. Sans doute annoncé trop rapidement. Cette fois, l’idée va voir le jour. Amener le meilleur Trotteur Français en province, n’est-ce pas la meilleure publicité pour les courses ?

« J’espère que cette grande journée de fête aura un effet boule de neige sur d’autres hippodromes. »

Jean-Pierre Micholet, vice-président de l’hippodrome de Feurs.

Dimanche 28 octobre. La date est fixée trois semaines avant le Grand Prix de Bretagne. Le tapis rouge déroulé pour Bold Eagle, l’invité star de l’hippodrome de Feurs. Pour l’accueillir, le programme a été modifié. Plus question de changer les conditions de courses du Grand Prix de la Ville, ce qui avait déclenché un imbroglio. C’est le Grand Prix du Centre-Est (Groupe III) qui a été sélectionné. La course se déroulera pour la première fois à Feurs.

« Nos amis de Saint-Galmier ont accepté de nous laisser l’organisation du Grand Prix cette année » remercie Jean-Pierre Micholet, vice-président de l’hippodrome de Feurs. « La SECF et Guillaume Maupas ont compris que le projet était intéressant pour la filière, ils nous ont permis de déplacer la date de la course en octobre. » (NDLR : Initialement, le Grand Prix du Centre-Est se court au mois de mai).

hippodrome_Feurs_Chantilly_Forez_photo_F_Perrot

© Ville de Feurs

Près de 25 000 euros de fonds privés 

Dans un contexte général de reconquête du public, les équipes de l’hippodrome de Feurs mettent les petits plats dans les grands. Personne n’est oublié ! « Nous profitons de la venue de Bold Eagle pour organiser la journée des bénévoles du Centre-Est » précise Jean-Pierre Micholet avant d’ajouter : « Le samedi soir, grâce au financement de plusieurs de nos partenaires historiques, nous invitons les entraîneurs et propriétaires participant au Grand Prix à un repas. Près de 25 000 euros de fonds privé ont été soulevés pour financer ce grand week-end. Les surcoûts ne coûteront pas un seul centime à l’hippodrome. »

Valoriser les personnes qui travaillent au bon déroulement des courses, accueillir les entourages des chevaux comme il se doit tout en attirant le gratin du trot. Un cocktail qui ramènera le public des turfistes mais aussi les néophytes aux courses.

« Je ne comprends pas les réactions des gens qui disent que Bold Eagle n’a rien à faire à Feurs »

Pierre Pilarski, propriétaire de Bold Eagle

Tout semble parfait sur le papier. Alors, lorsque Pierre Pilarski évoque les critiques qu’il peut lire sur les réseaux sociaux, c’est avant tout un sentiment d’incompréhension qui prédomine. « Je ne comprends les réactions des gens qui disent que Bold Eagle n’a rien à faire à Feurs. Ça gêne qui ? Le seul que cela peut déranger, c’est l’entraîneur, Sébastien Guarato. Mais ce n’est pas le cas » avant d’ajouter. « Je fais ça pour faire plaisir à mes amis de Feurs, et aussi pour le public. Aux Sables-d’Olonne, c’était magnifique. Cela fera parler des courses. »

Pour les meilleurs Trotteurs Français, difficile de trouver un programme régulier pour courir en province. Mais à chaque fois que les champions sont au plus près des turfistes, c’est un succès. Les exemples récents ne manquent pas.

  • Aubrion du Gers en démonstration à Beaumont-de-Lomagne
  • Ready Cash et surtout Bold Eagle ont attiré le public aux Sables-d’Olonne
  • Timoko, incontestable roi du Sud-Ouest, que ce soit en course ou en exhibition face à un cycliste !

Les initiatives pour attirer l’élite du Trot Hexagonal loin de la cendrée de Vincennes existent. Le Critérium de Vitesse de la Côte-d’Azur, le seul groupe 1 hors région parisienne, reste malgré tout placé à la sortie du meeting d’hiver. Au milieu de l’année se structure le challenge du Trot à Grande Vitesse avec Argentan, La Capelle et Cagnes-sur-Mer. N’oublions pas le Grand-Prix du Sud-Ouest qui tourne sur plusieurs hippodromes et le convoité Prix des Ducs de Normandie à Caen.

Ce type d’événement ne peut être que positif. Certains diront que courir Bold Eagle à Feurs c’est ridicule, c’est prendre des risques inutiles pour le cheval sur une piste de province. Sa visite aux Sables-d’Olonne fut une splendide réussite. Pour conclure, laissons le soin à Pierre Pilarski de résumer aussi la situation : « On a aussi besoin de faire un peu de buzz de temps en temps ! »

 

Catégories: Actualité

Tagged as: , ,

3 commentaires »

  1. Les courses françaises ne peuvent se passer de ce genre d’evenement avec leurs cracks ! Il faut même développer de plus en plus ce style d’initiative quelle que soit la discipline !

    J'aime

  2. Salut Loïc c’est Hugo, je viens de découvrir ton blog je sais pas si toi tu pourras être présent le 28 à Feurs mais perso moi j’y serais de pied ferme 😉
    A bientôt

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s