Bold Eagle peut-il vraiment remporter le Prix d’Amérique ?

Depuis l’année dernière, le champion n’est plus invincible. Malgré une année 2018 qui se soldera avec trois victoires de groupe I supplémentaires, Bold Eagle fait figure d’énigme dans le Prix d’Amérique 2019. Peut-il vraiment gagner ? 

OUI CAR…

  • Il n’est pas passé loin de gagner en 2018

Collectionneur de deuxièmes places dans les préparatoires, Bold Eagle part tout de même favori du Prix d’Amérique. De peu (3,1 contre 3,2 pour Readly Express) mais il l’est. Peu voire pas de doute sur sa faculté à pouvoir lutter pour la gagne. Franck Nivard lui offre une course en or et une lutte exceptionnelle face à Readly Express et Björn Goop. Les oeillères descendantes auront essayé de lui donner un « boost » supplémentaire.

  • Sa performance dans le Prix du Bourbonnais sort de l’ordinaire

Après un Prix de Bretagne décevant, voilà Bold Eagle pieds nus pour la première fois de sa carrière dans le Prix du Bourbonnais. Le déroulement de la course n’est pas en sa faveur ; la première partie de course est assez lente. Pour éviter de se faire piéger, Franck Nivard lance l’assaut à 1000 mètres de l’arrivée. Il pénètre en tête dans la ligne droite et cédera pour conclure à la sixième place.

Néanmoins, le driver est venu au pire moment, lorsque ça n’allait pas vite en tête. Bold Eagle fait 700 mètres à fond, sans jamais être repris. Un cheval cuit aurait abdiqué depuis longtemps. Le tracking est là pour en attester. Jean-Michel Bazire, questionné par Le Parisien, ira encore plus loin : « Bold Eagle fait un truc qui sort de l’ordinaire. »

  • Bold Eagle n’a jamais déçu dans les grands rendez-vous Français

Mettons l’Elitloppet de côté car ses deux déplacements en Suède, dans des courses en batterie, ont changé ses habitudes. Et que cela soit avant ou après ses voyages en Scandinavie, Bold Eagle a su se relever pour renouer avec la victoire. Même s’il se fait un peu vieillissant avec l’âge, il semble tout de même difficile de l’imaginer terminer plus loin que dans les cinq premiers.

NON CAR…

  • Il va falloir avoir un bon déroulement de course

Franck Nivard a été assez catégorique après le Prix du Bourbonnais. « Il ne va pas falloir le mener comme une première chance mais comme pour être 4-5e ». Subir la course, il l’a déjà fait par le passé. Comme n’importe quel cheval, il faudra donc avoir la bonne roue, et donc un drive au millimètre pour préserver le champion le plus longtemps possible.

  • La concurrence 2019 est très rude

Les deux premières courses qualificatives ont confirmé la montée en puissances des « D ». Si pour l’heure Davidson du Pont et Delia du Pommereux sont officiellement qualifiés, le millionaire Django Riff a le compte en banque suffisant pour courir et pourquoi pas surprendre.

Bird Parker a affiché un excellent visage jusqu’ici, tout comme Briac Dark et Belina Josselyn. Même s’il sera barré pour la victoire, Carat Williams aura son mot à dire pour les places. Enfin, n’oublions pas les Suédois. Le tenant du titre Readly Express va venir disputer le Prix de Bourgogne alors que Daniel Redén a changé ses plans avec Propulsion. Lui qui ne devait pas être au départ du Prix d’Amérique sera bien présent le dernier dimanche de janvier.

2018-01-28_17-17-09

  • Son mental n’est plus le même

Son voyage l’an dernier en Suède a laissé des traces dans la volonté de Bold Eagle. Depuis son écrasante victoire dans la batterie de l’Elitloppet, suivi d’une difficile 4e place dans la finale, Sébastien Guarato a usé de plusieurs stratagèmes pour donner l’envie à son champion de combattre. Séjour à la mer ou oeillères plates descendants, il n’a peut-être plus la même niaque. Peut-il encore lutter pour améliorer son classement dans la ligne droite d’arrivée ?

2 commentaires sur “Bold Eagle peut-il vraiment remporter le Prix d’Amérique ?

Ajouter un commentaire

  1. Parcours aux petits oignons oui dans le dernier prix d’amerique mais débouché à l’intersection des pistes sans raison valable puisque plein gaz derrière readly ! Or en 2018 Bold gagne 5 fois et a chaque fois non débouché avant la ligne droite finale, donc ne gagne que dans cette configuration. Le cheval est intelligent et comprends qu’il doit puiser dans ses ressources lors du débouchage ! Il paye cet effort dans la phase finale si l’artifice a été utilisé trop tôt !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :