SERIE / Ces internautes qui font les courses (Mic ChevalDeFer)

Ils ont tous la même passion : les courses de chevaux. Ils ont choisi de faire partager leur passion sur internet. Portrait de ces anonymes qui ne comptent pas leurs heures pour les chevaux et qui nous présentent leurs plate-formes.

50233404_514078482450316_1803689494688301056_o


PRESENTATION

69625264_651281148730048_2060494252265177088_oMichaël Loiseau
46 ans
Profession : En reconversion professionnelle des suites d’une maladie (recherche dans le domaine du Trot.

« Mon grand père était turfiste, il faisait le papier et j’étais intrigué de le voir faire. Il avait tout le temps l’oreille collée à la radio pour écouter l’arrivée du Quinté+. Tout a commencé à partir de là… et puis, il y a eu General du Pommeau, mon cheval de cœur, qui m’a convaincu de ma passion.

« Dans ma vie, j’ai exercé plusieurs professions. J’ai été chaudronnier, militaire, chauffeur de bus, nous avons tenu un bar restaurant avec mon épouse. Désormais, dans l’attente d’une reconversion professionnelle dans le domaine du trot, je suis plieur dans une chaudronnerie. Mon activité d’auto-entrepreneur ne me permet pas de vivre de ma passion. »


SON UNIVERS – MIC CHEVALDEFER

« Il y a six ans, nous avons acheté un corps de ferme a retaper, avec un peu de terrain. Ma fille montait le cheval de notre voisin. Avec la surface que nous avions, je me suis dit que je pouvais trouver deux chevaux pour qu’elle puisse continuer de monter. En 2017, nous avons acquis Viking Jisse (fils de Défi d’Aunou réformé) et Mourad Del Sol (pur-sang arabe). »

« Nous avons fait des box en bois et, travaillant dans la métallurgie, j’ai créé 2 plaques pour les fixer sur leur box. Je ne trouvais rien qui me plaisait sur internet. Puis, j’ai fait quelques plaques que j’ai mis en vente sur eBay… Et là, cela a marché direct ! Les premières exemplaires sont partis en Belgique. Ensuite, j’ai fait un compte Facebook pour le travail avant de commencer à démarcher. »

« J ai pu faire la connaissance de grands éleveurs, propriétaires et entraîneurs : Richard Grossin avec Scarlet Turgot, Didier Drouilly et puis Kevin Tebirent. Ces deux derniers m’ont ouvert beaucoup de portes. J’ai même pu exposer sur l’hippodrome d’Angoulême, et les équipes avaient même organisé un prix Mic ChevalDeFer ! Plusieurs collaborations ont vu le jour ensuite avec les hippodromes de Lyon, Marseille, Hyères, Mons, Wolvega et puis Cagnes-sur-Mer. Les réseaux sociaux m’ont aidé à me faire connaître. Je poste constamment mes productions. Sous l’impulsion de Kevin Tebirent, j’ai même lancé une ligne de vêtements. »


UN MESSAGE A FAIRE PASSER ?

« Je dirais de croire en ses rêves. J’ai un mot aussi pour les entraîneurs, qui ont un des plus beaux métiers et font rêver de nombreux passionnés. »

Retrouvez en lien les autres épisodes de notre série

Catégories: Rencontre

Tagged as: , , ,

Laisser un commentaire