Elodie Bizoux, apprentie jockey… et influenceuse !

Si le milieu hippique est présent sur les réseaux sociaux, l’influence ne s’est pas réellement développée. Du haut de ses 20 ans, Elodie Bizoux (ici à droite, en compagnie de sa soeur Maëva) est une jeune apprentie passionnée par son métier. Présente notamment sur TikTok et Instagram, elle parvient à montrer le quotidien de son univers à la façon d’un influenceur… et ça marche !


Fille de Michel et Inge Bizoux, Elodie Bizoux a été bercée depuis toujours par les chevaux. Travailler dans cet univers, c’était une évidence. « J’ai toujours voulu évoluer dans ce milieu » explique celle qui travaille actuellement chez Antonio Ripoll Rigo. Avec presque 10 000 abonnés sur TikTok, le réseau social en vogue depuis deux ans, et certaines de ses vidéos totalisant près de 200 000 vues, l’engouement est réel.

Qu’est-ce-qui vous a décidé à vous lancer sur les réseaux sociaux ?

« C’est parti tout bêtement. J’ai partagé une vidéo sur une tendance. Beaucoup de gens posaient des questions et je me suis mise à leur répondre et de fil en aiguille, et ça a débuté de cette façon. Les gens découvrent les vidéos également via les hashtags. »

@jockey_eloo

La ferrure chez le cheval de courses au trot #courseshippique #jockey #pourtoi #cheval #cavaliere #equestrian #equitation #passion

♬ son original – Jockey_Eloo

Quels sont les profils des réagissent à vos vidéos ?

« Il y a deux catégories : les personnes du sport équestre qui voient les courses comme le mal et qui sont critiques, et ceux qui ne connaissent absolument rien aux courses. Lorsque je suis en déplacement, il m’est arrivé de rencontrer certains de mes abonnés. Une partie d’entre eux n’étaient jamais venus sur un hippodrome auparavant. »

Quel regard porte vos parents sur sur ce vous faîtes sur les réseaux sociaux ?

« Mes parents me donnent le conseil de me protéger des haters, ces personnes qui passent leur temps à vous dénigrer, et de savoir dire stop avant que ça ne parte trop loin. De manière générale, ils voient ça d’un bon oeil et que ça puisse permettre de montrer les courses sous un autre format. »

@jockey_eloo

Encore une superbe 2e place de Graceful, une jument très compliqué avec qui j’ai la chance de bien m’entendre #courseshippique #trotteurfrancais

♬ son original – Jockey_Eloo

Justement, est-ce-que vous avez reçu des critiques de haters ?

« J’en ai reçu énormément au début. Maintenant, j’en reçois beaucoup moins, et puis, je fais vite le tri. Lorsque ce sont des gens bornés où qu’ils envoient des insultes, je les bloque et je n’ai pas envie de me prendre la tête. Quand les personnes ne sont pas d’accords sur une idée mais qu’ils comprennent, ce n’est pas la même chose. »

Quels sont les retours et commentaires que vous avez pu avoir ?

« Sur Instagram, j’ai des échanges régulières des gens des courses qui me suivent et qui trouvent l’idée bonne de partager son quotidien. Au début, j’étais timide, même encore un peu aujourd’hui. Si on me pose une question, je vais toujours y répondre, je ne me mets pas de barrière. Je suis en contact très régulièrement, avec certaines personnes même si je ne les rencontre pas. Comme je l’expliquais, lorsque j’annonce que je vais à tel endroit ou tel endroit sur mon compte, certains de mes abonnés qui viennent me voir. »

« Dans les questions qui reviennent souvent, je reçois des messages sur des chevaux réformés, avec des personnes qui sont à la recherche d’informations et que j’essaye de rediriger au bon endroit. J’ai l’occasion de beaucoup parler de l’évolution des courses, car les gens sont restés bloqués sur ce qu’il se passait il y a 10 ou 20 ans sur le côté bien-être animal. »

@jockey_eloo

Répondre à @juliette_vst #rumeur rien n’a ajouté #courseshippiques #horses #passion #love

♬ Rumors – Jake Miller

Laisser un commentaire