MEETING D’HIVER 2022-2023 / 10 écuries, 10 chevaux à suivre

Sortez le bloc-notes et le crayon ! Moment toujours attendu par les turfistes, le meeting d’hiver est également l’occasion de faire un petit point sur les effectifs des écuries… pour dénicher des futurs gagnants ! 

© 2021 Jean-Luc Lamaère-LeTROT


Écurie Laurent & Alexandre Abrivard / I Can Dream

Jument estimée depuis son plus jeune âge, elle arrive sur ce meeting d’hiver en ayant très peu couru. À l’aube du jeudi 3 novembre, elle n’a été vue en compétition qu’à huit reprises. Absente tout au long du premier semestre 2022, et après une course de remise en jambe, elle n’a pas tardé de renouer avec la victoire, à Enghien. Indéniablement, elle est en retard de gains et possède encore une marge de manoeuvre. Son potentiel devrait lui permettre de décrocher une victoire cet hiver, au grand minimum.

Écurie Matthieu Abrivard / Blue Eyes Bar

Son statut d’européen (c’est un cheval italien) lui ferme beaucoup de portes mais il suffit de voir ses lignes pour savoir que nous avons à faire à un « top cheval ». Bien que vainqueur à Enghien sur un parcours de vitesse, il possède de la tenue. Son compte en banque a grandi lors du premier trimestre 2022. Néanmoins, il devrait pouvoir s’étoffer au cours des quatre mois du meeting.

Écurie Jean-Michel Bazire / Chandelles

Une recrue intéressante pour l’écurie de Jean-Michel Bazire. Depuis plusieurs hivers, ce dernier a mis en valeur de nombreux concurrents européens et cette fille de Maharajah ne va pas échapper à cela. D’entrée de jeu, elle n’est pas passée loin de gagner, au trot monté. Affichant d’emblée sa polyvalence, niveau discipline et sur la longue distance, elle peut faire un carton !

Écurie Jean-Michel Baudouin / Intello de Chenu

Il semble avoir été mis dans du coton depuis le début de sa carrière. Bien qu’il a participé au meeting d’hiver précédent, ce fils de Up and Quick arrive avec un retard de gains à combler. Pour preuve, il a renoué avec la victoire le 24 octobre dernier aux Sables-d’Olonne, dans un très bon style.

Écurie Christian Bigeon / Jardyland

Difficile d’avoir un avis tranché sur ce « Bigeon » de service car il n’a couru que dans des petites catégories. Malgré tout, le fils d’Eridan détient de la vitesse, comme son père. D’ailleurs, il a eu l’occasion de l’afficher pour ce qui a constitué sa course de rentrée, début octobre à Laval. Avec un faible compte en banque, il aura sa chance pour enlever son épreuve. Ce meeting permettra surtout de déterminer son potentiel.

Écurie Thierry Duvaldestin / Go For The Gold

Fort d’une année 2021 plus que convaincante, et d’un hiver euphorique, il n’a pas été revu au cours de l’été. Il faut dire que son compte en banque avait significativement augmenté en l’espace de plusieurs mois. Il a fait du trot monté sa grande spécialité. Alors qu’il sera âgé de sept ans en 2023, il va rencontrer un programme intéressant et peut collectionner les victoires.

Écurie Sébastien Guarato / Great of Madrik

J’ai l’impression de parler de lui tous les hivers. En même temps, sans ses problèmes de santé, il pourrait avoir un compte en banque encore plus élevé. Souhaitons qu’avec l’âge, sa fragilité s’estompe. Dans les courses support de Quinté+, il sera en plein dans sa catégorie et à même de confirmer son été 2022.

Écurie Tomas Malmqvist / Devs Definitif

Il pourrait s’agir d’une excellente recrue ! Ce cheval aux origines européennes ne s’est jamais produit hors de la Suède depuis le début de sa carrière. Depuis peu, il vient d’intégrer l’effectif de Tomas Malmqvist. S’il a souvent eu du mal à figurer face aux meilleurs de sa génération, ce trotteur âgé de cinq ans appréciera le tracé de Paris-Vincennes. C’est une curiosité et ses premiers pas en France seront à suivre avec intérêt.

Écurie Vincent & Christophe Martens / Niford des Baux

Avec des origines européennes, ses apparitions à Paris-Vincennes depuis ses débuts ont été rares. Voyageant entre la Belgique, la France et la Suède, le fils de Ready Cash a pourtant boxé contre des tops chevaux dans l’Hexagone. A l’heure où j’écris ce paragraphe, il ne dispose pas d’engagement en ce début de meeting d’hiver. Les épreuves européennes arrivant en seconde partie de meeting seront pour lui plaire.

Écurie Fabrice Souloy / Kash Marceaux

Irréprochable depuis ses débuts, ce poulain aux origines qui me rappellent des beaux souvenirs a tout d’un trotteur de qualité. Véloce, il n’a pas eu la partie facile le 20 septembre dernier avec un parcours difficile… Et il ne s’est pas écroulé. Bien que son début de carrière se soit fait à l’âge de deux ans, il est probable qu’il s’étoffe physiquement et progresse dans le temps.

Photo de Une
© JLL-LeTrot