MEETING D’HIVER 2020-2021 / 10 écuries, 10 chevaux à suivre

Quatre mois de courses et sans doute des beaux gagnants à toucher. Tour d’horizon des principales écuries stars du meeting, avec, peut-être, une des révélations du prochain hiver.


Ecurie Jean-Michel Bazire – Ganay de Banville

Il a hérité de son père, Jasmin de Flore, un physique assez imposant. Plutôt préservé par Jean-Michel Bazire depuis le début de sa carrière, il n’a couru qu’à bon escient, même s’il totalise près de 100 000€. Pourtant, il semblerait que Ganay de Banville ne soit pas au bout de ses progrès. Lauréat début septembre de la première épreuve de groupe de sa carrière, il a su mettre la manière dans le style de son succès. Pourra-t-il courir face aux meilleurs éléments de sa génération cet hiver ? Ce n’est pas impossible

La course référence
Prix Joseph Aveline (Groupe III) – 5 septembre 2020 – Vincennes


Ecurie Sébastien Guarato – Great Of Madrik

Très gros coup de cœur pour ce sublime fils de Jag ! Il n’est sans doute pas encore pleinement arrivé à maturité mais pourtant, il est pétri de talent. Après des premières courses au galop, Great of Madrik a progressivement appris son métier. Pour ses premiers pas à Enghien, il a gagné avec force et facilité. Bien qu’il commence à être pieds nus régulièrement, il dispose d’une marge de progression, d’autant plus qu’il possède le physique nécessaire pour réussir sur la grande piste de Vincennes.

EDIT : Cet article a été réalisé avant sa victoire du jeudi 15 octobre à Enghien.

La course référence
Prix de Charonne – 26 juillet 2020 – Enghien


Ecurie Matthieu Abrivard – Fasty du Luot

Elle a été parfaitement attendue par son entourage depuis le début de sa carrière. Seulement 16 courses à son compteur et plusieurs fois des bonnes impressions à la clé. Elle avait été solide au cours du meeting dernier dans une épreuve qui avait bardé. Avec tout juste 60 000€ de gains, elle doit amasser les bons chèques au cours de l’hiver, d’autant plus qu’elle n’a jamais été déferrée !

La course référence
Prix de Briey – 13 février 2020 – Vincennes


Ecurie Laurent Abrivard – Grandioso

Un sujet très intéressant qui s’est déclenché cet été. Auparavant, ses performances étaient quelconques. Intéressant deuxième fin juillet a Cabourg, il a récidivé dans la foulée, à Enghien. Cheval très imposant, il dépasse tout juste les 30 000€ de gains et peut gagner d’emblée de meeting. Enfin, je reprendrais les propos d’Alexandre Abrivard à son sujet : « je ne serais pas surpris de le voir se dévoiler cet hiver. Il a une grosse marge de progression. »

La course référence
Prix de Chatou – 11 août 2020 – Enghien


Ecurie Franck Leblanc – Hasocie de Houelle

Au-delà de ses origines intéressantes, (fille de la classique Sawasde de Houelle, soeur d’Eolia de Houelle et Gule de Houelle), Hasocie de Houelle a affiché un visage intéressant lors de ses deux tentatives dans des réunions premiums. Elle ne semble pas encore venue physiquement mais devrait pouvoir être à son aise sur la grande piste de Vincennes. En tout cas, elle a le « braquet » pour. Peut-être pourra-t-elle manquer d’un peu de mental mais sur ses premières courses, elle apparaît perfectible.

La course référence
Prix Dryade des Bois (groupe B) – 17 juillet2020 – Angers


Ecurie Sylvain Roger / Figaro de Larre

Il n’a pas les gains en rapport avec sa qualité. Surtout, il donne l’impression de manquer d’un peu de chance parfois. Quoiqu’il en soit, lorsqu’il part au trot et se montre sage d’un bout à l’autre, il vaut nettement un prix de série à Vincennes. Sachez qu’il est rentré malade suite à sa tentative du 27 septembre à Vincennes. Je serais déçu de ne pas le voir enlever son épreuve au cours du meeting.

La course référence
Prix de Montevrain – 1er août 2020 – Enghien


Ecurie Jean-Michel Baudouin / Gaspar d’Angis

Comme l’autre JMB du peloton, Jean-Michel Bazire, Jean-Michel Baudouin déclasse certains de ses chevaux dans l’optique du meeting d’hiver. C’est le cas de ce fils de Quaro, absent entre le 13 mars et le 14 octobre 2020. S’il n’avait pu gagner sans ses fers l’an dernier, Gaspar d’Angis a boxé dans des bonnes catégories, face à des chevaux qui ont répété tout au long de l’année (Gai Printemps et Gamay de l’Iton notamment). Bien que vainqueur d’une seule course, il doit repointer le bout de son nez cet hiver.

La course référence
Prix d’Issoire – 27 janvier 2020 – Vincennes


Ecurie Christian Bigeon / Harry d’Ecajeul

Ce ne sera sans doute pas un cheval d’âge au sein de l’écurie Bigeon mais Harry d’Ecajeul a déjà montré un peu de précocité. Au-delà de son père (mon petit Very Nice 🥰), Harry d’Ecajeul apparaît comme un élément très trotteur, facile. Un facteur toujours important pour Vincennes. Sa tentative du 14 septembre, où Christian Bigeon ne s’est contenté de faire que la ligne droite, est bonne. Il devra sans doute un peu progresser pour gagner cet hiver mais il se pourrait qu’il s’impose avec une cote sympa.

La course référence
Prix de la Porte Saint-Vincent (groupe A) – 9 juillet 2020 – Saint-Malo


Ecurie Thierry Duvaldestin – Invictum du Noyer

Celui-là, c’est très probablement du lourd ! Sa découverte avec la compétition avait été plus facile que ne l’indiquait l’écart à l’arrivée. Puis, du côté de Mauquenchy, Invictum du Noyer s’est baladé, sans jamais avoir été inquiété. Maintenant, il va arriver directement dans les bonnes catégories de deux ans en région parisienne. Thierry Duvaldestin est un entraîneur qui sait mettre aux boutons les jeunes éléments. Suivons-le en confiance.

La course référence
Prix du Pont Marie – 24 septembre 2020 – Mauquenchy


Ecurie Haras de Ginai – Gunner

Je le suis depuis le début de sa carrière, alors qu’il était entraîné par Yves-Jean Le Bezvoet. C’est sous la férule de son ancien entraîneur qu’il avait gagné avec brio à Vincennes à la fin de l’année 2019. Depuis, il a pris la direction du Haras de Ginai, au milieu de l’année. Jusqu’ici, cela ne s’est pas avéré concluant, mais Gunner est encore en phase de rodage. D’ailleurs, lors de sa deuxième place du 24 septembre dernier, dans ce que je considère comme sa course référence, il était présenté « nu » (sans enrênement ni artifice). Le test s’était avéré concluant et il avait livré une bonne prestation. Il faudra peut-être encore un bout de temps mais il va se retrouver.

La course référence
Prix de Jarnac – 24 septembre 2020 – Mauquenchy